• eloypaul

La prairie fleurie

Au cœur du printemps, beaucoup d’entre nous ne peuvent s’empêcher de sortir la tondeuse du garage. C’est un instinct irrésistible. Un petit coup de compresseur, on remplit le réservoir et c’est parti !

Et pourtant ! Rien ne nous empêche de « sacrifier » une partie de la pelouse, en la laissant croître à son rythme, au gré de la météo. On sera surpris après quelques semaines du résultat.

Cette façon de faire aura plusieurs avantages.

La prairie va accueillir davantage d’insectes butineurs qui vont trouver une source de nourriture plus abondante, plus variée. Ces mêmes insectes vont attirer les animaux insectivores, principalement les oiseaux, mais pas seulement.

Cela permet surtout aux fleurs d’effectuer le cycle complet de leur développement. Chacune d’entre elles en effet n’a qu’un seul objectif : fabriquer des graines.

Au début et à la fin de l’été, il faudra cependant penser à faucher la prairie. Dans le cas contraire, la végétation finira par s’appauvrir, laissant la place aux plantes les plus envahissantes.

P.E. 5/06/2020


Photo © P. Eloy – Fraiture-en-Condroz, 2 juin 2020

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon